Qui sont les adhérents?

Donneurs ou non, vous pouvez aider les autres.

Pourquoi faire partie d'une Association de Donneurs de Sang Bénévoles?

Vous investir dans une action de solidarité à dimension humaine.

Informer sur le bien fondé du Don de Sang et développer la culture du Don auprès du grand public.

Faire connaître les valeurs éthiques du Don et défendre le Bénévolat du Don.

Participer activement au recrutement et à la fidélisation des Donneurs de Sang Bénévoles.

Sensibiliser les jeunes des milieux scolaires et universitaires.

Mobiliser les Donneurs de Sang lors des situations d'urgence.

Entretenir des relations privilégiées avec les sites et les équipes mobiles de collecte de l'Etablissement Français du Sang.

Être informé des évolutions technologiques de la transfusion sanguine.

Vous pouvez télécharger ou imprimer les fiches de travail en cliquant sur les boutons suivants :

Bulletin d'adhésion    Prévisions collectes    Evaluation collecte   

Bulletin de parrainage    Remise trésorerie    Fiche adhérents

Le Bénévole.

Le Bénévole (activus bénévolus) est un mammifère bipède qu'on rencontre surtout dans les associations où il peut se réunir avec ses congénères : ils se rassemblent à un signal mystérieux appelé « convocation ». On les rencontre souvent en petits groupes dans divers endroits, quelquefois tard le soir, l'œil hagard, le teint blafard, discutant ferme sur la meilleure façon d'animer une manifestation ou de faire des recettes supplémentaires pour boucler le budget !

L'ennemi héréditaire du bénévole est le « yaqua » dont les origines n'ont pu être déterminées : le « yaqua » se caractérise surtout par un cerveau très petit qui ne lui permet de connaître que deux mots : « y'a qu'à » ce qui explique son nom.

Le « yaqua » attend ! il attend le moment où le bénévole fera une erreur, un oubli, pour bondir et lancer son venin qui atteindra son adversaire et provoquera chez lui une maladie très grave appelée : le découragement.

Les premiers symptômes de cette implacable maladie sont visibles rapidement : absences de plus en plus fréquentes aux réunions, intérêt croissant pour son jardin, sourire attendri devant une canne à pêche et attrait de plus en plus vif qu'exercent un bon fauteuil et la télévision sur le sujet atteint.

Les bénévoles décimés par le découragement risquent de disparaître et il n'est pas impossible que dans quelques années, on rencontre cette espèce uniquement dans les zoos, où comme ces malheureux animaux enfermés, ils n'arrivent pas à se reproduire.

Les « yaqua » avec leurs petits cerveaux et leurs grandes langues viendront leur lancer des cacahuètes pour tromper l'ennui ! ils se rappelleront avec nostalgie du passé pas si lointain où le bénévole abondait et, où on pouvait le traquer sans contrainte.